Saturday, September 01, 2018

défi du non-circoncis (le petit-fils d'une grand-mère autrichienne) — pour parler à ceux qui ne parlant pas avec des fantômes: c'est vous tous, non-revenants








Paul Gauguin's Manao Tupapau (Elle pense au revenant, 1893-94) (Bernardi & Ferlier-Bouat, Gauguin l'Expo);
Notre évangile (moi d'après Pasolini et le marrane, for more see here);
Factrix (Phantom Pain);
Japan (Ghosts);
Michael Haneke (Le Monde Montrable est Noir);

"Who said that original is not fake?"
Modeselektor & Tommy Cash
"Who is writing on the machine?"
Thomas Mann (An Experience in the Occult/H. T. Lowe-Porter translation) 
"I'm not a character in fiction. I am a living being."
Dr. Richard Best (deceased)

"Todas as vezes que ela atravessa a rua bate uma ventania, um automóvel vem, passa por cima dela e ela morre."
Fernando Sabino
"Eu vou ter tanta saudades de mim quando morrer."
Macabéa
"Não vos assusteis. Morrer é um instante, passa logo..."
A Hora da Estrela (narrador)
"What is he doing under the ground, that idiot?... He is watching us all the time."
Lucia Joyce

"On dirait que la parole se change en un doux fantôme de parole, parfois presque apaisé... le calme, jamais assez calme."
Maurice Blanchot ('Les paroles doivent cheminer longtemps')
"Être se vérifie en tant que suspension de la vie même. La perversion correspondrait ainsi à une propriété d'être fondée sur l'expropriation des fonctions de vivre."
Klossowski (Le Philosophe Scélérat)
"Car quelle fin à ces solitudes où la vraie clarté ne fut jamais... toujours ces choses penchées glissant dans un éboulement sans fin..."
Molloy
"I suppose the law should take its course with me because it must now seem to you a waste of rope to accomplish the dissolution of a person who has now dissolved visibly and possesses scarcely as much 'pendibility' as an uninhabited dressing gown."
Herr Satan/Dear Cuckold (letter to Miss Weaver, June 24, 1921)

"Hortensio sintió cómo su piel se abría y el cuerpo de ella penetraba como el humo en el aire, llenándo-lo todo."
Mauricio Rosencof
"E foi tão corpo que foi puro espírito... seu sono era fino como um véu..."
Joana
"Je fais mes plans de bataille avec l'esprit de mes soldats endormis."
Napoelón à Hedin (quoted by R. Bresson)
"La croyance en une matérialité fluidique de l'âme est indispensable au métier de l'acteur."
A. Artaud (Un athlétisme affectif)
"reflexos e sombras... dentro do que se podia tocar, escondido, vivia também o que só era visível quando o olho ficava tão inundado de luz que enxergava esse invisível no meio do tocável..."
C. F. Abreu
"'Flight' was one of his favorite terms, so was 'fragrance.'"
Maria Solomonovna Nemenova-Lunz (translated by Faubion Bowers)

"There is a difference between a shaky or out-of-focus photograph and a snapshot of clouds and fog banks..."
Schrottingenieur
"It was almost as incredible as if you fired a 15-inch shell at a piece of tissue paper and it came back and hit you."
Rougherforth
"No conozco en el idioma una palabra que exprese a la vez, estar y no estar."
Mauricio Rosencof
"The true precept is not to abstain from hypostatization, but to do it intelligently." 
C. S. Peirce

"Il y a au moins une différence essentielle entre vous tous et moi-même: vous êtes tous et toutes des experts... "
Ouï-dire
"That the dead do not stay buried is, in fact, a theme of Joyce from the beginning to the end of his work; Finnegan is not the only  corpse to be resurrected."
Richard Ellmann 
"Benedito Nunes, não é? Ele é muito bom. Ele me esclarece muito sobre mim mesma."
Clarice Lispector
"So far removed from any accepted canons of art as to be beyond the understanding of an ordinary mortal'"
(Observer)
"Notre dibbouk."
Didi-Huberman
"Étant vaincu il sera son vainqueur."
Hélène Cixous (Portrait de Jacques Derrida en Jeune Saint Juif)

"... en ce temps-là il est trop jeune pour signer, il n'aura fait que saigner..."
"Toute phrase se dépasse elle-même, dans tous les sens. Lui-même est débordé, c'est le sort de l'apprenti sorcier."
Hélène Cixous (Portrait de Jacques Derrida en Jeune Saint Juif)
"... epifania é um conceito central do mundo hebreu..."
Olga de Sá

"Unzweifelhaft, ich verstand mich damals auf Schatten..."
"Wahrlich, ein starker Wind ist Zarathustra allen Niederungen: und solchen Rath räth er seinen Feinden und Allem, was spuckt und speit: hütet euch, gegen den Wind zu speien..."
"Versteht man den Hamlet? Nicht der Zweifel, die Gewißheit ist Das, was wahnsinnig macht..."
"In diesem Falle wird einfach Nichts gehört, mit der akustischen Täuschung, daß, wo Nichts gehört wird, auch Nichts da ist..."
"... ich trinke die Flammen in mich zurück, die aus mir brechen."
Nietzsche
"... the Jews, thanks to their morality, have proved themselves good and persever­ing children of life. They have, along with their religion, their belief in a just God, survived millennia, while the profli­gate little nation of aesthetes and artists, the Greeks, van­ished very quickly from the stage of history." 
Thomas Mann (Nietzsche's Philosophy in the Light of Recent History/translation by Richard and Clara Winston)

[... Shakespeare's Marcellus "ait anticipé la venue d'un scholar de l'avenir, d'un scholar qui dans l'avenir, et pour penser l'avenir, oserait parler au fantôme": c'est moi, je (qui pourrais avoir été circoncis, devrais été, mais toujours pas) dis (dans un monologue qui "n'est évidemment pas un monologue, un soliloque")...] 
*****Warning: "Mais à la fin du livre, le monologuant qui dit 'nous' se dit prêt à respecter le secret... RIEN NE ME PARAÎT PLUS SÉRIEUX QUE LE JEU DE CETTE CONCLUSION." Et vous, marrane, avez vous été circoncis? Vraiment?! Et êtes vous encore à Naples?!! (eine kleine Feuer-Abend mit eine Ziege)
**************************************************************

What is a ghost?
It is a double, a double unit.


(-1) From one side, le mal d'archive (c'est pas a disease affecting the archive, but archive's disease, that is, the infectious nature of the archive itself):
"... la possibilité d'une perversion radicale, justement, une diabolique pulsion de mort, d'agression ou de destruction: donc une pulsion de perte... tout ce qui, depuis Au-delà du principe de plaisir (1920)..." (Derrida in Le mal d'archive);
"... cette pulsion... opère toujours en silence, elle ne laisse jamais d'archive qui lui soit propre. Sa propre archive, elle la détruit d'avance, comme si c'était là en vérité la motivation même de son mouvement le plus propre... la pulsion de mort n'est pas un principe, comme le sont les principes de plaisir ou de réalité... [elle] est d'abord anarchivique... archiviolithique..." (Derrida in Le mal d'archive);
"... ce mouvement proprement in-fini de destruction radicale sans lequel ne surgirait aucun désir ou mal d'archive..." [Derrida in Le mal d'archive, et c'est peut-être ce que m'incline à différer de Derrida lui-même; avez-vous été circoncis?] 
That is, the destruction [éffacement radical] of either mnéme and anámnesis (the memory of a living, organic being, the trace) and hupómnema ("the trace of trace"). It smells of Nietzsche's aktive Vergesslichkeit (and Goethe's Dämonish?).
["C'est un être perdu à jamais que cet être dont il est impossible de retrouver le commencement et le fin. Le démoniaque est ce non-être qui se manifeste comme pure agression: le défiguré" (Enrico Castelli/André Masson, Je Jardin des Délices/Écrits, anthologie établie par Françoise Levaillant); "Hier soir en relisant L'origine de la Tragédie je me suis aperçu que j'avais toujours oublié de couper les pages de la fin: des Notes (elles sont extraites de pages peu connues conservées par le Nietzsche-Archiv). Ces remarques sur Héraclite sont si éblouissantes que je ne peux résister au plaisir de te les transcrire: 'La sagesse tragique fait défaut, j'en ai vainement cherché les indices même chez les grands esprits de la Grèce pré-socratique. Il me restait un doute pour Héraclite, dans le voisinage duquel j'étais plus à mon aise que n'importe où. L'affirmation de la périssabilité et de la destruction, ce qu'il y a de décisif dans une philosophie dionysienne, l'approbation de tout ce qui est lutte et contraste, avec la récusation absolue de tout ce qui évoque l'idée d'Etre — Il faut que je reconnaise là, à tous égards, ce qu'il y a de plus parent avec ma nature..." (Nietzsche/André Masson, Lettre à Georges Bataille, juin 1936/Écrits, anthologie établie par Françoise Levaillant)]
["Le temps est un enfant qui fait l'enfant, qui joue... perverse insouciance du jeu enfantin... car tous les jeux survivent à leurs joueurs et choisissent de nouveaux venus; les jeux structurent le monde, et il n'y a que des joueurs naïfs ou mégalomanes pour croire que ce sont eux qui le mènent... l'essentiel est que le jeu continue, qu'il inclue la mort... toute génération est une ruse de plus avec la mort... éternité inconstante, insouciante, imortalité instable... l'éternité en Chine pullule d'enfants et d'enfantillages, minimise la mort, la réduit à un jeu, atroce légèreté, invisible Jésus... c'est l'assurance qu 'aucun opprobre, qu'aucune clamaité, qu'aucun dictateur ne pourront nous dominer..." (Olga, Les Samuraïs)]
["Je ne sais pourquoi on prend les corps des momies pour des corps saints. Au contraire, elles subissent le plus cruel des châtiments, celui de ne pouvoir jamais disparaître — ni poussière, ni lumière, ni réincarnation. Je ne peux me dissoudre..." (Carole, Les Samuraïs)]

(0) But, in the middle (& a bit decentralized) why should a Freud start to write something like Das Unbehagen in der Kultur at all? Or Rimbaud, write about his indescribable loneliness from beyond the grave? Isn't all this, as says Blanchot, a faux pas
"... un concept en formation reste toujours inadéquat à ce qu'il devrait être, divisé, disjoint entre deux forces" (Derrida, Le mal d'archive);
"Au courage de dire peut-être Nietzsche prétendait reconnaître les penseurs de l'avenir..." (Derrida, Le mal d'archive);
"... un refoulement archive aussi ce dont il dissimule ou encrypte l'archive..." (Derrida, Le mal d'archive);
"... l'archive s'augmente, elle s'engrosse, elle gagne en auctoritas. Mais elle perd du même coup l'autorité absolue et méta-textuelle à laquelle elle pourrait prétendre. On ne pourra jamais l'objectiver sans reste..." (Derrida, Le mal d'archive);
"... faire signe vers la venue d'un événement plutôt que vers quelque présent futur" (Derrida, Le mal d'archive);
"... le temps ne serait pas homogène?" (Derrida, Le mal d'archive);
"indétermination en abyme..." (Derrida, Le mal d'archive);
"... on tremble..." (Derrida, Le mal d'archive);
"... son itérabilité, sa divisibilité immanente, la possibilité de sa fission, la hantait dès l'origine..." (Derrida, Le mal d'archive);
"Quand on touche à la limite du se-toucher-toi, y a-t-il enconre un intérêt à décider entre la transcendance ou l'immanence?" (Derrida, Le toucher);
"Ce serait plus qu'une rhétorique quand elle franchit à chaque figure les limites entre le sensible et l'intelligible, le matériel et le spirituel — le charnel du 'corps propre' se trouvant par définition des deux côtés de la limite" (Derrida, Le toucher);
"Le je du je signe dit et se dit oui même s'il signe un simulacre" (Derrida, Ulysse gramophone);
"Il peut alors re-trouver la mère, mais jamais telle quelle... il la recrée sans cesse par sa liberté à lui, le self, d'être séparé d'elle..." (J. Kristeva, Le génie féminin 2);
"... the peculiar temporality of the matrix... the meanings of all the stages remain suspended within it, in the form of a 'but also'..." (Rosalind Krauss, The Optical Unconscious);
- unheimlich;
- inouï;
- envesgar ("os olhos digladiados vesgos") (Nietzsche's Doppelblick [Ecce Homo]);
- morangos mofados; 
- o oco (vazio clariciano que tem "o valor e a semelhança do pleno");
- el Más Allá del Muro (Rosencof); 
- Gauss curvature, congruency, Riemann's tensor; 
- Bohr's complementarity principle, Malevich's additional element, Schklovsky's defamiliarization;
- spin-1/2 particles, complex numbers [?];
- neutral current, electroweak force [?], coloured quarks & gluons/colourless hadrons [?] (Pickering);
- dissipative structures floating in disorder [?] (Capra, The Web of Life);
- l'expérience du dessin automatique d'André Masson: "cette image n'est qu'un vestige, un trace, une épave," "mariage de l'informé et du formé" (Propos sur le Surréalisme); 
[Plato's daemonic (responsible for the maniac and the mantic), Aristotle's energeia &/or entelecheia, nous poietikos, the Roman-Romantic concept of genius (cf. Angus Nicholls' Goethe's Concept of the Daemonic, p. 46, 66, 69, 76, 78; Alessandro Zir's Luso-Brazilian Encounters, p. 15)]
[Nietzsche's plastische Kraft (cf. Luso-Brazilian Encounters, p. 2)]
[Artaud's poésie dans l'espace, mise en scène, sorcellerie: "... les mots eux aussi ont des façons diverses de se projeter dans l'espace, que l'on appelle les intonations... cette faculté de créer sous le langage un courant souterrain d'impressions, de correspondances"; "ce langage par signes, par gestes et attitudes ayant un valeur idéographique" (La mise en scène et la métaphysique); "ce côté révélateur de la matière qui semble tout à coup s'éparpiller en signes pour nous apprendre l'identité métaphysique du concret et de l'abstrait et nous l'apprendre en de gestes faits pour durer"; "cet oeil de rêve qui semble nous  absorber et devant qui nous-mêmes nous apparaissons fantôme" (Sur le théâtre balinais); "et ce que le théâtre peut encore arracher à la parole, ce sont ses possibilités d'expansion hors de mots, de développement dans l'espace, d'action dissociatrice e vibratoire sur la sensibilité"; "le langage visuel des objets, des mouvements, des attitudes, des gestes, mais à condition qu'on prolonge leur sens, leur physionomie, leurs assemblages jusqu'aux signes"; "précipités véridiques de rêves"; "dix mille et une expressions du visage prises à l'état de masques"; "les attitudes manquées, les lapsus de l'esprit et de la langue, par lesquels se manifeste ce que l'on pourrait appeler les impuissances de la parole"; "des effets de vibrations lumineuses" (Le théâtre de la cruauté); "ce langage vise donc à enserrer et à utiliser l'étendue, c'est-à-dire l'espace, et en l'utilisant, à le faire parler: je prends les objets, les choses de l'étendue comme des images, comme des mots, que j'assemble et que je fais se répondre l'un l'autre suivant les lois du symbolisme et des vivantes analogies"; "la dissonance, le décalage des timbres, et le désenchaînement dialectique de l'expression (Lettres sur le langage); "les mamtrams hindous, ces consonances, ces accentuations mystérieuses, où les dessous matériels de l'âme traqués jusque dans leur repaires viennent dire leurs secrets au grand jour"; "le souffle", "l'hiéroglyphe d'un souffle (Un athlétisme affectif)] 
[the complex of Hamlet, mother vs. father genealogy to Stephen Dedalus, jealousy in Machado de Assis]
[Proust's reduplication according to Beckett: "what is common to present and past is more essential than either taken separately… thanks to this reduplication, the experience is at once imaginative and empirical, at once an evocation and a direct perception, real without being merely actual, ideal without being merely abstract, the ideal real, the essential, the extratemporal."]
[Proust le narrateur lui-même:"... si le souvenir grâce à l'oubli a gardé ses distances, son isolement dans le creux d'une vallée ou à la pointe d'un sommet, il nous fait tout à coup respirer un air nouveau, précisément parce que c'est un air qu'on a respiré autrefois, cet air plus pur que les poètes ont vainement essayé de faire régner dans le paradis et qui ne pourrait donner cette sensation profonde de renouvellement que s'il avait été respiré déjà, car les vrais paradis sont les paradis qu'on a perdus..." (two pages depuis he says what Becket translated: "réels sans être actuels, idéaux sans être abstraits, l'essence permanente et habituellement chachée des choses...")]
[ce qui Agamben a entendu (mais pas du tout compris) de Derrida lui-même: "le moment sera venu d'accepter un grand remuement dans notre archive conceptuelle, et d'y croiser une logique de l'inconscient avec une pensée du virtuel qui ne soit plus limitée par l'opposition philosophique traditionnelle de l'acte et de la puissance"... (Derrida, Le mal d'archive)]
[quelque chose entre le froideur de Strich-Meyer et la rage (auf Rache) de la puritaine Carole, qui peut-être les dépasse: Joelle soigneuse? (Les Samouraïs, 383-84)]
[graphiology of the hidden & scampering caprice (The Gentle Art of Making Enemies)]
["Est-ce qu'on peut se soustraire à tous les programmes?... das un tel glissement... l'indécidable... Il ne vous dit pas: quand l'imprévisible se produit... il dit que l'imprévisible ne manque pas, ce qui manque ne manque pas, on peut s'y  attendre aveuglément." (Hélène Cixous)]

(1) From the other side, la promesse ("une messianicité spectrale travaille le concept d'archive et le lie, comme la religion, comme l'histoire, comme la science même, à une expérience très singulière de la promesse", Le mal d'archive);
"... Freud s'entend rappeler l'alliance indestructible qu'engage cet extraordinaire performatif 'I shall say we', quand il s'adresse à un fantôme ou à un nouveau-né..." (Le mal d'archive);
"... la mise en dépôt dans un arkheîon" (Le mal d'archive);
"... obéissance [d']après-coup... docilité différée..." (Le mal d'archive);
"Cela parle, un fantôme... une réponse spectrale est toujours possible. Il n'y aurait ni histoire ni tradition, ni culture sans cette possibilité..." (Le mal d'archive);
"Ce n'est rien d'autre que l'affirmation même, le oui, la condition de toute promesse ou de toute espérance, attente, performativité, ouverture, pour la science ou pour la religion..." (Le mal d'archive);
"... la judéité est interminable... elle peut survivre au judaïsme... lui survivre comme héritage, c'est-à-dire, en quelque sorte, non sans archive, même si cette archive devait rester sans support et sans actualité..." (Le mal d'archive) (!!!) [je voudrais remarquer que, et c'est pas un pas de mensonge, un oiseaux s'est écrasé contre le verre de ma fenêtre au moment même ou j'écrivais ceci; c'est pour marquer combien puis-je différer de Rosalind Krauss*** et Evando Nascimento*** (see below), et m'approcher des fous comme Linda D. Henderson, et c'est TOUTE UNE AUTRE ÉCONOMIE];
"... une part de vérité demeure, un morceau ou un grain de vérité respirent au coeur du délire..." (Le mal d'archive);
"Freud venait de noter que la croyance aux esprits, aux spectres et aux âmes des revenants ne devait pas être tenue pour la simple résidu de la religion et de l'enfance..." (Le mal d'archive); 
"Hanold est venu chercher ces traces au sens littéral (im wörtlichen Sinne)..." (Le mal d'archive); 
"Jensen en savait-il moins que Freud?" (Le mal d'archive); 
"... du secret lui-même, il ne peut pas y avoir d'archive..." (Le mal d'archive);
"Kilroy was here" (Rosalind Krauss, The Optical Unconscious);
"Isn't repeating oneself precisely what painting allows one to do, especially once one has found one's particular language, the stylistic invention that will allow one to move inside it and inhabit it, growing and changing within the new syntax one can call one's own?" (Rosalind E. Krauss, The Optical Unconscious);
"... é legítimo o desejo de preservação do rastro do rastro..." (Evando Nascimento, Clarice Lispector: uma literatura pensante);
"... superviver seria o modo de passar de uma instância a outra sem se desestruturar completamente, continuando por um tempo indefinido..." (Evando Nascimento, Clarice Lispector: uma literatura pensante);
"'Exu, que já é meu amigo do peito e vai me ajudar em tudo..." (Evando Nascimento, Clarice Lispector: uma literatura pensante);
"Água viva... cujo título original era Objeto girante... " (Evando Nascimento, Clarice Lispector: uma literatura pensante);
"Il était mort. Mort à jamais? Qui peut le dire? Certes, les expériences spirites pas plus que les dogmes religieux n'apportent de preuve que l'âme subsiste. Ce qu'on peut dire, c'est que tout se passe dans notre vie comme si nous y entrions avec le faix d'obligations contractées dans une vie antérieure; il n'y a aucune raison dans nos conditions de vie sur cette terre pour que nous nous croyions obligés à faire le bien, à être délicats, même à être polis, ni pour l'artiste athée à ce qu'il se croie obligé de recommencer vingt fois un morceau dont l'admiration qu'il excitera importera peu à son corps mangé par les vers, comme le pan de mur jaune que peignit avec tant de science et de raffinement un artiste à jamais inconnu, à peine identifié sous le nom de Ver Meer. Toutes ces obligations qui n'ont pas leur sanction dans la vie présente semblent appartenir à un monde différent, fondé sur la bonté, le scrupule, le sacrifice, un monde entièrement différent de celui-ci, et dont nous sortons pour naître à cette terre, avant peut-être d'y retourner, revivre sous l'empire de ces lois inconnues auxquelles nous avons obéi parce que nous en portions l'enseignement en nous, sans savoir qui les y avait tracées, ce lois dont tout travail profond de l'intelligence nous rapproche et qui sont invisibles seulement — e encore! — pour les sots. De sorte que l'idée que Bergotte n'était pas mort à jamais est sans invraisemblance. On l'enterra, mais toute la nuit funèbre, aux vitrines éclairées, ses livre, disposés trois por trois, veillaient comme des anges aux ails éployées et semblaient pour celui qui n'était plus, le symbole de sa résurrection" (Marcel Proust, le narrateur/La Prisonnière); 
"... une véritable différence, celle qu'il y avait entre la pensée de tel musicien et les éternelles investigations de Vinteuil, la question qu'il se posa sous tant de formes, son habituelle spéculation, mais aussi débarrassée des formes analytiques du raisonnement que si elle s'était exercée dans le monde des anges, de sorte que nous pouvons en mesurer la profondeur, mais pas plus la traduire en langage humain que ne le peuvent les esprits désincarnés quand, évoqués par un médium, celui-ci les interroge sur les secrets de la mort; un accent, car tout de même en tenant compte de cette originalité acquise qui m'avait frappé dans l'après-midi, de cette parenté aussi que les musicographes pourraient trouver entre des musiciens, c'est bien un accent unique auquel s'élèvent, auquel reviennent malgré eux ces grands chanteurs que sont les musiciens originaux, et qui est une preuve de l'existence irréductiblement individuelle de l'âme" (Marcel Proust, le narrateur/La Prisonnière);
[Monet: "Peintre des apparences... Nulle forme à priorique. Basée sur le pouvoir de la lumière, l'exaltation colorée a pour conséquence la négation des contours — ou limites. L'oeuvre achevée trouve son point d'équilibre dans la fusion des éléments. L'absence de délimitation formelle provoquera une invention prodigieuse dans le domaine de la touche. C'est elle qui donnera naissance aux corps divers composant le tableau (le corps principal étant l'atmosphère). Touche aux accents multiples: entrecroisée, ébouriffée, ocellée... striée ou balayée de zébrures, giratoire ou folle d'emmêlements, ces violences du pinceau empêchèrent jadis la foule scandalisée de 'voir le paysage'. 'Eloignez-vous', lui disait-on. Aujourd'hui, inversez le conseil, approchez-vous et touchez de vos yeux la preuve la plus foudroyante du tourbillon que fait éclore l'instinct pictural" (André Masson, Monet Le Fondateur/Écrits, anthologie établie par Françoise Levaillant);]
**************************************************************

Allors le marrane m'a sussurré quelles étaient les mots les plus importantes de sa philosophie:

- spectre;
- secret;
(- reste)
***Et il m'a prié surtout de denóncer ces SUIVANTES AFFREUSES ERREURS D'ÉCONOMIE:
[first of all, the entire essay on Beuys by Rosalind, a vraie abomination under his eyes!]
"... the force of rupture that is recurrent in the rhythm of the figure, a rupture that is not experienced as the onset of yet another contact but as an absolute break, that discontinuity without end that is death... " (Rosalind E. Krauss, The Optical Unconscious 222);
"Cogito e sujeito são inventos de Descartes e Kant, respectivamente, dos quais os bichos e as coisas devem ser poupados..." (Evando Nascimento, Clarice Lispector: uma literatura pensante, p. 67);
"Sem epifania, contudo, pois tal termo remete a uma transcendência que no fundo recodifica e recoloniza a inquietante estranheza do Outro e da Outra... " (Evando Nascimento, Clarice Lispector: uma literatura pensante, p. 106);
"Nela [he refers to Clarice Lispector!], a diferença sexual não abriga nenhuma mitificação do feminino..." (Evando Nascimento, Clarice Lispector: uma literatura pensante, p. 118);
"... a não ser que se acredite na eternidade da alma, na ressurreição e em outras mitologias religiosas..." (Evando Nascimento, Clarice Lispector: uma literatura pensante, p. 137);
"Todo Em busca do tempo perdido não passa de um ensaio para o romance que se deseja realmente inventar, contando sua própria vida, mas ao final da procura descobre-se que não há mais tempo, e o que sobra são os vestígios da tentativa necessariamente fracassada..." (Evando Nascimento, Clarice Lispector: uma literatura pensante, p. 175);
***Et il m'a prié quand même de suggérer cette toute petit correction dans le texte de Evando Nascimento: "se não há o Mal enquanto essência (como já descartei e também Santo Agostinho), que se oporia a outra essência absoluta (como quer [ou parece querer] Santo Agostinho), o Bem..." instead of "se não há o Mal enquanto essência, como já descartei, que se oporia a outra essência absoluta, o Bem (como quer Santo Agostinho)..." (Clarice Lispector: uma literatura pensante, p. 259);
**************************************************************

And since less is a bore, here a short list of mathematical ghosts:
- the history of Zephirus, that is, zero, or ghost-as-position in arithmetic: 
"... a symbol for an empty column [in a counting board or abacus]... The Indian term for zero was sunya, which meant empty or blank, but had no connotation of void of nothing... When the Arabs of the tenth century adopted the Indian numeration, they translated the Indian sunya by their own sifr, which meant empty in Arabic. When the Indo-Arabic numeration was first introduced into Italy, sifr was latinized into zephirum... This happened at the beginning of the thirteenth century... About the same time Jordanus Nemararius was introducing the Arabic system into Germany. He kept the Arabic word, changing it slightly to cifra... the great Gauss still used cifra in this sense... In the English language the word cifra has become cipher... [as] the art of reckoning spread more widealy... cifra in its different forms, ziffer, chiffre etc. came to receive [by the masses] the meaning of numeral..." (Tobias Dantzig, Number: the language of science, 2007, 31-32) (it is also peculiar that "the sum, the difference, the product, and the quotient of any two rational numbers are themselves rational numbers" with the single exception of division by zero, which is impossible, Dantzig 94);
- ghost as Vieta's logistica speciosa, that is, as "the systematic use of letters for undetermined but constant magnitudes":
"... the letter is susceptible of operations which enables one to transform literal expressions and thus to paraphrase any statement into a number of equivalent forms. It is this power of transformation that lifts algebra above the level of a convenient shorthand... It is this that made possible the general theory of functions, which is the basis of all applied mathematics..." (Dantzig, 88, 90) (this ghost has remarkable consequences, since it leads to the discovery that "the elementary irrationals, those of the form n√a, do not constitute a closed field" [because the sum of two elementary irrationals isn't in general an elementary irrational (it is a compound irrational), although the multiplication is], and even "the compound irrational forms are inadequate for the solution of the general equation of degree higher than the fourth" [as proved by Abel and Galois]; moreover, algebraic equations above the linear have generally more than one solution, that is, they are ambiguous, Dantzig, 114-15; the ghost will also bring about the realm of complex and imaginary numbers);
- (...)
These mathematical ghosts (which go mightily transcendental, devouring one another and themselves) are all resumed in this single sentence: "But why consider a point in the plane—or rather, the segments measuring the distances of such a point from two arbitrary axes of references—why consider this more real than the quantity a + ib? What reality is there behind a plane, a line, a point? Why, only a year or two before, these too were but phantoms to me..." (Dantzig, 255).
**************************************************************

NEW (March 3, 2019):
I honestly didn't know the work of Karen Barad (I became acquainted with it after reading about her in two singular papers of Cambridge professor Brian D. Josephson: "Physics of Mind and Thought" and "How Observers Create Reality"). From what she says in the following passage of one of her lectures (see the video on the top of this page), it seems she might also be a revenant (my transcription):
"During the waning decades of the 20th century, the most murdering century by some accounts in history, the notion that the past might be open to revision through a quantum erasure came to the fore.  The quantum erasure experiment is a variation of the two slits diffraction experiment, an experiment  which Feynman said contains all the mysteries of quantum physics. Against this fantastic claim of the possibility of erasure, I will claim that, in paying close attention to the material labours entailed, the claim of erasure possibility fades... at least full erasure [fades], while at the same time bringing to the forth a relational ontology sensibility to questions of time, memory and history... the nature of time and being, or rather time-being itself is in question and can't be assumed. What this experiment tells us is not simply that a given particle would have done something different in the past, but that the very nature of its being, its ontology, in the past remains open to future reworkings... In particular I argue that this experiment offers empirical evidence for a relational ontology or perhaps more accurately a hauntology as against a metaphysics of presence. Some people have thought that Derrida would be rolling over in his grave to hear of an empirical evidence for a hauntology, but I think he would be delighted [indeed!]... Remarkably this experiment makes evident that entanglement survives the measurement process and further more that material traces of attempts at erasure can be found in tracing the entanglements... While the past is never finished, and the future is not what would unfold, the world holds or rather is the memories of its iterated reconfigurings."

See also:
- two sentences, the dogma of semantic uniformity;
- view from Berthe Trépat's apartment;
- Audrey Hempburnt Haunted by A/Z;
- What's the meaning of sacer?
- pick a soul (ass you wish);
- souvenirs de soleils 2;
- Genug! Manifesto;
- figures du chaos primordial;
- Concretos &/ou Brazilian Inteligentsia;
- Brazilian perspectivism;
- Southern Lapwing;
- Série, presque à genoux with thread;
- Communauté Élective;
- Caxias do Sul & Galópolis;
- Umberto Eco about Nietzsche (& Deconstruction);
And also:
- Interactive while Indifferent: Kinds & Phantasmagoria circa 1900;