Sunday, April 29, 2018

mes yeux consumés ne voient que des souvenirs de soleils (2) — or my June 16:










Detail from Egon Schiele's Double Portrait (1913), image taken from Simon Wilson's Egon Schiele;
Detail from Edvard Munch's The Kiss (1897), image taken from Ulrich Bischoff's Munch;
Anselm Kiefer's Die überschwemmung Heidelbergs (1969), Heroische Sinnbilder (1969), Dein goldenes Haar... (1981), images taken from Daniel Arasse's Anselm Kiefer;
Mania de Você (Rita Lee);
I have a bird [who] would do nothing, oh! (Led Zeppelin);
Nat King Cole, Nature Boy;
Cartola, As Rosas não Falam;  
Unsane (Steven Soderbergh 2018);

"Lady of Apple Trees,
Kind Wisdom,
Sweet Flower of Dusk..."
"Viens-tu du ciel profond ou sors-tu de l'abîme?"
"Aus dem stillen Raume, Aus der Erde Grund..."
"Das Ergriffenwerden vom Schönen ist ein ad plures ire, wie die Römer das Sterben nannten."

"Boca hitelrista,
Vossa boca é o mesmo que um gato!"
"Would that I were an oxygen molecule and lucky enough to be swallowed by you!"
"... one hungers for the young master like the evening meal..."
"... chaque soir, avant de me quitter, elle glissait dans ma bouche sa langue, comme un pain quotidien,  comme un aliment nourrissant et ayant le caractère presque sacré de toute chair à qui les souffrances que nous avons endurées à cause d'elle ont fini par conférer une sorte de douceur morale..."

"... la bouche: cavité, béance, gouffre, abîme, ouverture... trou, orifice... avant même la distinction entre bucca et os..."
"... y compris la bouche où le sourire est parfaitement visible..."
"Seeing the Buddha-nature is seeing a donkey's jowls or a horse's mouth"
"Die bloße weite Öffnung des Mundes ist in der Malerei ein Fleck und in der Bildhauerei eine Vertiefung..."
"Ce qui sortait de ma rate ou de mon foie avait la forme des lettres d'un très antique et mystérieux alphabet mastiqué par une énorme bouche, mais épouvantablement refoulée, orgueilleuse, illisible, jalouse de son invisibilité."
**************************************************************

"I'm afraid your idea of a mystical union with a blond Siegfried was inevitably doomed. Put not your trust in Arians. We are Jews, my dear Miss Spielrein, and Jews we will always be..."
"... a afronta há de elevá-la e purificá-la... fará acaso isto com que tudo lhe seja mais leve? o que é melhor, uma felicidade barata ou um sofrimento elevado?"
"... qui désire entre dans l'espace où le lointain est l'essence de la proximité."
"Il est avec elle et elle n'est pas avec lui."
"Léthé est aussi le compagnon d'Éros..."
"There is nobody here...
It's just you and me...
Where I want to be."

"Quem dera
Que sintas!...
- Não negues,
Não mintas...
- Eu vi!..."
"Tonight I have an idea madder than usual. I feel I would like to be flogged by you. I would like to see your eyes blazing with anger."
"El rayo se desploma amenazante, furioso, pero la piel dulce lo apaga, y no queda más que un chisporroteo lindo de fuego artificial."
"Il est possible que Morel, étant excessivement noir, fût nécessaire à Saint-Loup comme l'ombre l'est au rayon de soleil."
"... parce qu'elle était si différente de moi, elle m'avait fécondé par le chagrin."

"Et les vacances idéales?
Ce serait aller au Canada, à Montréal, rencontrer le meilleur joueur au monde de hockey sur glace."
"Winter's cityside
Crystal bits of snowflakes
All around my head and in the wind"

"Imagine your face
In a sunshine reflection
A vision of blue skies
Forever distractions"
"Who do you need?
Who do you love?
When you come undone"

"Dull sublunary lovers love
(Whose soule is sense) cannot admit
Absence, because it doth remove
Those things which elemented it.
But we by a love, so much refin'd
That our selves know not what it is,
Inter-assured of the mind,
Care lesse, eyes, lips, and hands to misse..."
**************************************************************

"Et il vous dit très tranquillement: ‘quand l’imprévisible ne manca pas de se produire’. Il ne vous dit pas: quand l’imprévisible se produit... ce qui manque ne manque pas, on peut s’y attendre aveuglément."
"Era Livio, un ragazzo dei vicini oltre la strada, i Socolari. Um ragazzo alto e d’ossa grosse... Proprio um contadino di quelle parti... Ma gentile e timido come lo sono certi figli di famiglie ricche, pieno di delicatezza."
"Que tu sombra me apriete."
"Puisque le désir est d'emblée une angoisse..."

"And if I see him not,
no sight is worth the beauty of my thought"
"We should meet in another life; we should meet in air;
Me and you."
"Il eût pu opposer à la réalité une seconde réalité qui eût été si singulière, si unique, si harmonieuse que le monde réel n'eût guère pu l'emporter sur elle."
"The will, when it is most ‘voluntary,’ attend to a difficult object and hold it fast before the mind... Effort of attention is thus the essential phenomenon of will."

"... l'âme allemande... Comme faire le portrait... sans marquer l'extrême tension d'une façade ouverte et d'une intériorité close, chacune indépendante et toutes deux réglés par une étrange correspondance préétablie?"
"... j'aperçus l'ange aux ailes blanches qui montait vers les étoiles. Sa longue chevelure blanche laissait dans le firmament comme une traînée de lumière."
**************************************************************

"Son sourire me remplissait d'une béatitude infinie."
"... que les actrices n'étaient pas de femmes, et que la nature avait oublié de leur faire un coeur."
"Vue de près, la femme réelle révoltait notre ingénuité; il fallait qu'elle apparût reine ou déesse, et surtout n'en pas approcher."
"Vous ne m'aimez pas! Vous attendez que je vous dise: la comédienne est la même que la religieuse; vous cherchez un drame, voilà tout, et le dénouement vous échappe. Allez..."
Gérard de Nerval

"Certes je n'en croyais rien, moi qui avais vu, ce que M. de Charlus ignora toujours, Morel donner pour cinquante francs une de ses nuits au prince de Guermantes" (Marcel Proust, le narrateur/Le Temps retrouvé);
"Tout l'art de vivre, c'est de ne nous servir des personnes qui nous font souffrir que comme d'un degré permettant d'accéder à leur forme divine et de peupler ainsi joyeusement notre vie de divinités" (Marcel Proust, le narrateur/Le Temps retrouvé);
"Or sa lettre à Morel (que M. de Charlus ne soupçonnait même pas la connaître) était écrite sur le ton le plus passionné. Sa grossièreté empêche qu'elle soit reproduite ici, mais on peut mentionner que Lé ne lui parlait qu'au féminin en lui disant: 'Grande sale! va!', 'Ma belle chérie, toi tu en es au moins, etc.'" (Marcel Proust, le narrateur/La Prisonnière); 
"Car Albertine grosse et brune ne ressemblait pas à Gilberte élancée et rousse, mais pourtant elles avaient la même étoffe de santé, et dans les mêmes joues sensuelles toutes les deux un regard dont on saisissait difficilement la signification" (Marcel Proust, le narrateur/Albertine disparue);
"Elle m'a demandé si je voulais qu'elle me fit ce qu'elle faisait à Mlle Albertine quand celle-ci ôtait son costume de bain. Et elle m'a dit: 'Si vous aviez vu comme elle frétillait, cette demoiselle, elle me disait, Ah! tu me mets aux anges, et elle était si énervée qu'elle ne pouvait s'empêcher de me mordre'" (Marcel Proust, le narrateur/Albertine disparue);
"Vous ne savez pas ce que c'est que tout ce monde de jeunes filles, ce qu'elles se cachent les unes des autres, comme elles craignent l'opinion des autres" (Marcel Proust, le narrateur/Albertine disparue);
"... ta pauvre grand-mère avait raison, tu te rappelles, quand elle disait que la grande aristocratie faisait des choses qui choqueraient de petits bourgeois..." (la mère/Albertine disparue); 
"... il a cherché à désunir le ménage, c'est honteux. Et il a fallu qu'il y mette des ruses diaboliques, car personne n'était plus opposé de nature à ces choses-là que le Marquis de Saint-Loup..." (Jupien/Albertine disparue);
"Certes, chacun des hommes pareils à M. de Charlus est une créature extraordinaire, puisque, s'il ne fait pas de concessions aux possibilités de la vie, il recherche essentiellement l'amour d'un homme de l'autre race, c'est-à-dire d'un homme aimant les femmes (et qui par conséquent ne pourra pas l'aimer); contrairement à ce que je croyais dans la cour où je venais de voir Jupien tourner de M. de Charlus comme l'orchidée faire des avances au bourdon, ces êtres d'exception que l'ont plaint sont une foule et se plaignent eux-mêmes d'être plutôt trop nombreux que trop peu..." (Marcel Proust, le narrateur/Sodome et Gomorrhe); 
"... on a voulu provisoirement prévenir l'erreur funeste qui consisterait, de même qu'on a encouragé un mouvement sioniste, à créer un mouvement sodomiste et à rebâtir Sodome. Or, à peine arrivés, les sodomistes quitteraient la ville pour ne pas avoir l'air d'en être, prendraient femme, entretiendraient des maîtresses dans d'autres cités où ils trouveraient d'ailleurs toutes les distractions convenables. Ils n'iraient à Sodome que les jours de suprême nécessité, quand leur ville serait vide, par ces temps où la faim fait sortir le loup du bois, c'est-à-dire que tout se passerait en somme comme à Londres, à Berlin, à Rome, à Pétrograd ou à Paris" (Marcel Proust, le narrateur/Sodome et Gomorrhe); 
"Pour Albertine, je sentais que je n'apprendrais jamais rien, qu'entre la multiplicité entremêlée des détails réels et des faits mensongers je n'arriverais jamais à me débrouiller. Et que ce serait toujours ainsi..." (Marcel Proust, le narrateur/Sodome et Gomorrhe);
"Andrée dit à ce moment un mot à Albertine et celle-ci rit du même rire pénétrant et profond que j'avais entendu tout à l'heure. Mais le trouble qu'il m'apporta cette fois ne me fut plus que cruel; Albertine avait l'air d'y montrer, de faire constater à Andrée quelque frémissement voluptueux et secret" (Marcel Proust, le narrateur/Sodome et Gomorrhe);
"Or ces désirs pour une femme dont on a rêvé ne rendent pas absolument nécessaire la beauté de tel trait précis. Ces désirs sont seulement le désir de tel être; vagues comme des parfums, comme le styrax était le désir de Prothyraïa, le safran le désir éthére, les aromates le désir d'Héra, la myrrhe le parfum de la mer. Mais ces parfums que chantant les Hymnes orphiques sont bien moins nombreux que les divinités qu'ils chérissent. La myrrhe est le parfum des nuages mais aussi de Protogonos, de Neptune, de Nérée, de Lèto... Pour le styrax, la manne et les aromates, on n'en finirait pas de dire les divinités qui les inspirent, tant elles sont nombreuses... Ainsi en était-il de ces désirs de jeunes filles que j'avais. Moins nombreux qu'elles n'étaient, ils se changeaient en des déceptions et des tristesses assez semblables les unes aux autres" (Marcel Proust, le narrateur/Sodome et Gomorrhe); 
"La façon dont Morel en était — autant que j'ai pu l'apprendre — était qu'il aimait assez les femmes et les hommes pour faire plaisir à chaque sexe à l'aide de ce qu'il avait expérimenté sur l'autre... Je n'en conclus pas moins de cette première soirée que sa nature devait être vile, qu'il ne reculait quand il le fallait devant aucune platitude, ignorait la reconnaissance. En quoi is ressemblait au commun des hommes" (Marcel Proust, le narrateur/Sodome et Gomorrhe); 
"La tristesse qui suivit la mort de sa femme, grâce à l'habitude de mentir, n'excluait pas chez M. de Charlus une vie qui n'y était pas conforme. Plus tard même, il eut l'ignominie de laisser entendre que pendant la cérémonie funèbre, il avait trouvé le moyen de demander son nom et son adresse à l'enfant de choeur. Et c'était peut-être vrai" (Marcel Proust, le narrateur/Sodome et Gomorrhe);
"Mais il ne pouvait plus détourner de Morel le sentiment violent qui, libre quelques années plus tôt, n'avait demandé qu'à se fixer sur Aimé et qui avait dicté la lettre dont j'étais gêné pour M. de Charlus et que m'avait montrée le maître d'hôtel. Elle était, à cause de l'amour antisocial qui était celui de M. de Charlus,  un exemple plus frappant de la force insensible et puissante qu'ont ces courants de la passion et par lesquels l'amoureux, comme un nageur entraîné sans s'en apercevoir, bien vite perd de vue la terre. Sasn doute l'amour d'une homme normal peut aussi, quand l'amoureux par l'invention successive de ses desirs, de ses regrets, de ses déceptions, de ses projets, construit tout un roman sur une femme qu'il ne connait pas..." (Marcel Proust, le narrateur/Sodome et Gomorrhe);
"Enfin le baron put voir par l'ouverture de la porte et aussi dans les glaces. Mais une terreur mortelle le força de s'appuyer au mur. C'était bien Morel qu'il avait devant lui, mais comme si les mystères païens et les enchantements existaient encore, c'était plutôt l'ombre de Morel, Morel embaumé, pas même Morel ressuscité comme Lazare, une apparition de Morel, un fantôme de Morel, Morel revenant ou évoqué dans cette chambre (où partout les murs et les divans répétaient des emblèmes de sorcellerie), qui était à quelques mètres de lui, de profil" (Marcel Proust, le narrateur/Sodome et Gomorrhe);
"Albertine amie de Mlle Vinteuil et de son amie, pratiquante professionnelle du saphisme, c'était auprès de ce que j'avais imaginé dans les plus grands doutes, ce qu'est au petit acoustique de l'Exposition de 1889 dont on espérait à peine qu'il pourrait aller du bout d'une maison à une autre, le téléphone planant sur les rues, les villes, les champs, les mers, reliant les pays. C'était une terra incognita terrible où je venais d'aterrir, une phase nouvelle de souffrances insoupçonnées qui s'ouvrait" (Marcel Proust, le narrateur/Sodome et Gomorrhe);
"Derrière Albertine je ne voyais plus les montagnes bleues de la mer, mais le chambre de Montjouvain où elle tombait dans les bras de Mlle Vinteuil avec se rire où elle faisait entendre comme le son inconnu de sa juissance. Car, jolie comme était Albertine, comment Mlle Vinteuil, avec les goûts qu'elle avait, ne lui eût-elle pas demandé de les satisfaire?... À Mlle Vinteuil maintenant, tandis que son amie la chatouillait avant de s'abattre sur elle, je donnais le visage enflammé d'Albertine que j'entendis lancer en s'enfuyant, puis en s'abandonnant, son rire étrange et profond... C'était de Trieste, de ce monde inconnu où je sentais que se plaisait Albertine, où étaient ses souvenirs, ses amitiés, ses amours d'enfance, que s'exhalait cette atmosphère hostile, inexplicable, comme celle qui montait jadis jusqu'à ma chambre de Combray, de la salle à manger où j'entendais causer et rire avec les étrangers, dans le bruit des fourchettes, maman qui ne viendrait pas me dire bonsoir; comme celle qui avait rempli pour Swann les maisons où Odette allait chercher en soirée d'inconcevables joies" (Marcel Proust, le narrateur/Sodome et Gomorrhe);
"Albertine a-t-elle compris plus tard que cette autre femme n'existait pas, e que si cette nuit-là j'avais vraiment voulu mourir, c'est parce qu'elle m'avait étourdiment révélé qu'elle était liée avec l'amie de Mlle Vinteuil?... Malgré moi, toujours poursuivi dans ma jalousie par le souvenir des relations de Saint-Loup avec 'Rachel quand du Seigneur' et de Swann avec Odette, j'étais trop porté à croire que du moment que j'aimais, je ne pouvais pas être aimé et que l'intérêt seul pouvait attacher à moi une femme. Sans doute c'était une folie de juger Albertine d'après Odette et Rachel. Mais ce n'était pas elle, c'était moi; c'étaient les sentiments que je pouvais inspirer que ma jalousie me faisait trop sous-estimer. Et de ce jugement, peut-être erroné, naquirent sans doute bien des malheurs qui allaient fondre sur nous" (Marcel Proust, le narrateur/Sodome et Gomorrhe);
"I have wounded my soul for you—a deep wound of doubt which can never be healed. I can never know, never in this world. I do not wish to know or to believe. I do not care. It is not in the darkness of belief that I desire you. But in restless living wounding doubt..." (Richard/Joyce, Exiles);
"When I got my first TV set, I stopped caring so much about having close relationships with other people. I'd been hurt a lot to the degree you can only be hurt if you care a lot. So I guess I did care a lot, in the days before anyone ever heard of 'pop art' or 'underground movies' or 'superstars'" (Andy Warhol, The Philosophy of);
"One of the attractions of old-style dualism was that the soul could survive the death of the body. And, interestingly, the founding father of modern computing theory, Alan Turing, was obsessed with this duality precisely because he wanted to have a model for understanding how the soul could survive bodily death. If the software could be taken from one computer and put into another, he had a good analogy for survival and reincarnation. He was very preoccupied with this issue because he was so grief-stricken after the death of his boyfriend, Christopher," (Rupert Sheldrake's interview, TBS);
"Satan is pure spirit. He often appears as something else, to mislead. He appeared to Padre Pio as Jesus, to frighten him. He sometimes appears as a raging animal. The ritual of exorcism is not practiced by an ordinary priest. An exorcist requires specific training and must be thought to have a personal sanctity. He can be exposed to dangerous behavior and personal threat. His prayers often cause a violent response as he attempts to shine a beam of light into the darkness," (Father Amorth, "The Devil and Father Amorth: Witnessing 'the Vatican Exorcist' at Work", William Friedkin/ Vanity Fair);
"So wie ich mich immer gewöhnt habe — eine extreme Lauterkeit gegen mich ist meine Daseins-Voraussetzung, ich komme um unter unreinen Bedingungen —, schwimme und bade und plätschere ich gleichsam beständig im Wasser, in irgend einem vollkommen durchsichtigen und glänzenden Elemente" (Nietzsche, Ecce Homo);

"A soldier, Bollhardt, testified that sexual relations between officers and enlisted men in the Potsdam regiments were common knowledge and went on to confess in unprintable detail his participation in champagne orgies at Lynar's villa, stating that he had seen both Hohenau and Moltke there. The hushed courtroom was fascinated by Bollhardt's report on the powerful sex appeal of the white pants and kneehigh boots of the cuirassiers's uniform: any guardsman who ventured to wear it in public was virtually certain to be approached by men soliciting homosexual intercourse. 'But that's forbidden now, you know,' he remarked, unwittingly provoking an outburst of hilarity" (Steakley, J. D. (1983). Iconography of a Scandal: Political Cartoons and the Eulenburg Affair. 9(2), 20-51);

***See also:
And also:
- Conversa de etiqueta;
- Pleif Mapa, Capítulo 2;
- A/Z SLF;
- Sharp Digital SP

Wednesday, April 04, 2018

des jeunes évaporées




Isabelle Huppert in Christophe Honoré's Ma Mère (France, 2004);
Isabelle Huppert in Michael Haneke's La pianiste (Austria, France, Germany, 2001);
Neil Jordan's The Miracle (UK, Ireland, 1991);
Hal Ashby's Harold and Maude (USA, 1971);
Christophe Honoré about Isabelle Huppert;

"Avez-vous observé que maints cercueils de vieilles
Sont presque aussi petits que celui d'un enfant?"
Baudelaire
"Robert était devenu plus élancé, plus rapide... cette allure de coup de vent."
Marcel Proust
"Su vejez era como otra forma de juventud, más penetrante a la transparencia, a la ligereza."
Lezama Lima, Paradiso
"Dinner is Lucy Bradshinkel's cunt saignant cooked in Kotex papillon."
William S. Burroughs (Naked Lunch)

"La mélodie se terminait à chaque stance par ces trilles chevrotants que font valoir si bien les voix jeunes, quand elles imitent par un frisson modulé la voix tremblante des aïeules."
"Sylvie y avait trouvé une grande robe en taffetas flambé, qui criait du froissement de ses plis.' Je veux essayer si cela m'ira, dit-elle. Ah! je vais avoir l'air d'une vieille fée!" 
Gérard de Nerval
"Ma mère, jadis si grave, qui donnait à la voir un pénible sentiment, celui d'un soir d'orage, m'apparaissait soudain sous un aspect nouveau: celui de'une jeune évaporée. Je savais qu'elle était belle: je l'entendais depuis longtemps dire à l'envi. Mais je ne lui connassais pas cette coquetterie provocante... son élégance, son allure me renversaient. Je pensai, quand elle fut partie, qu'elle avait une beauté, qu'elle avait un rire diaboliques."
Pierre Angelici

"Know, then, all beautiful women, that we are with you."
Whistler
"Frau Cosima Wagner ist bei Weitem die vornehmste Natur..."
Nietzsche
"Sempre dei mais valor à dignidade de uma Hilda Hilst do que àquelas em busca da fonte da juventude que não percebem o tempo como aliado da feitiçaria feminina."
Rita Lee
"E moveu e ergueu o corpo magro, dando estalos nas juntas e levantou a varinha para o ar..."
Simões Lopes Neto (Salamanca do Jarau)
"The lipstick was just a little too bright and too red, and her face was set at a strange and unnatural angle."
Lol Tolhurst
"Ah les femmes! Tristes hypocrites, exploiteuses d'hommes, sorcières concupiscentes, flanquées de leurs prêtres d'aujourd'hui: médecins, psychologues, manucures, psychiatres, psychanalystes, orthophonistes, orthopédistes, anesthésistes..."
quelqu'un dans J. Kristeva's Le vieil homme et les loups
"Elle s'appelait du nom paisible de Ruth je crois, mais je ne peux le certifier. Peut-être qu'elle s'appelait Édith."
Molloy

"Neoteny: retention of survivally optimal larval or immature characters as adults, i.e., refusal to stop growing, extension of developmental period."
Timothy Leary
"Every person has beauty at some point in their lifetime. Usually in different degrees. Sometimes they have the looks when they're a baby and they don't have it when they're grown up, but then they could get it back again when they're older... You have to hang on in periods when your style isn't popular, because if it's good, it'll come back, and you'll be a recogized beauty once again."
"Sometimes people having nervous breakdown problems can look very beautiful because they have that fragile something to the way they move and walk. They put out a mood that makes them more beautiful."
The philosophy of Andy Warhol

"In an arena where youth has always been highly prized, older faces are finally having a moment in the spotlight, or at least on a billboard near you. Unretouched, unairbrushed Helen Mirren, 74, tells us we’re all worth it for L'Oréal Paris; Neal's Yard  Remedies'#AgeWellRevolution stars “real” women of all demographics; and Pantene's #PowerOfGrey initiative challenges the discrepancy between perceptions of men and women with grey hair, encouraging women of all ages to share images of themselves on social media, using the hashtag #powerofgrey."

See also:
And Also: