Saturday, May 13, 2017

What is the meaning of sacer in Homo Sacer? Political Appropriation of the Sacred & lacération de la deésse (image-en-[l']air)***





***Qui vivant a compris tout ça sinon Christe-Eve, Cristo-Eva, Kristeva? Das ist der mir sagte, mein Gott Abraxas... Nietzsche, Nitsch, Nitz... (picture taken from the Internet, lacerated by A/Z);
Yu (Shang dynasty, China, 1050 BCE), Phoenician inlaid ivory (Nimrud, c. 750 BCE), Images taken from Julian Bell's Mirror of the Mirror;
Egon Schiele's Pregnant Woman and Death (1911), Image taken from Simon Wilson's Egon Schiele;
Cindy Sherman's detail from Untitled #175 (1987), Image taken from the Internet;
Clemente/Warhol/Basquiat's detail from Pole Star (1984), Image taken from Leonhard Emmerling's Basquiat;
Detail from Edvard Munch's Woman in Blue (Frau Barth) (1921), Image taken from Ulrich Bischoff's Munch;
The Schellhas gods A, C, D & L (from Mary Miller & Karl Taube's The Gods and Symbols of the Ancient Mexico and the Maya);
History of Vajrayana or Tantric Buddhism: Power of Transgression (Doug Smith); 
L'évagile d'après salò (video by A/Z, for more see here);

"Claudius Pulcher, qui commandait en Sicile, voyant que les poulets sacrés refusaient de manger alors qu'il prenait les auspices, osa, par mépris pour la religion, les rejeter à la mer, en disant: 'Qu'ils boivent donc, puisqu'ils ne veulent pas manger.'"
Suétone (traduction Théophile Baudement)
"Manco fut emprisonné, d'abord dans son palais, puis dans la forteresse de Sacsahuaman. Les soudards qui le gardaient violèrent ses femmes sous ses yeux. Comme si cet outrage ne suffisait pas, ils s'amusaient à moucher leurs chandelles contre son nez et urinaient sur sa personne..."
Alfred Metraux
"We found a large number of books of these characters, and as they contained nothing in which there were not to be seen superstition and lies of the devil, we burned them all, which they regretted to an amazing degree and which caused them much affliction..."
Fr. Diego de Landa (quoted by A. J.  Christenson in his translation of the Popol Vuh)
"Résultat en Russie: On rit du fanatisme religieux, mais on se met à genoux devant Sainte-Dynamo, j'exagère à peine. Vraiment c'est moins con de faire de Jeanne d'Arc une bienheureuse, de croire à la patrie, d'adorer Wottan ou d'aimer sa femme et ses enfants."
André Masson (Lettre a Georges Bataille, 6 octobre 1935/Écrits, anthologie établie par Françoise Levaillant)

"No era fácil sentir en sus hombros el peso de una mano sobrenatural."
Mario Vargas Llosa, La Fiesta del Chivo
"... hay un puente que va del tlatoani al virrey y del virrey al presidente..."
Octavio Paz, Crítica de la Pirámide
"... superstition artificieuse, la seule que puisse conduire les peuples..."
Gauguin
"... at the present time the destinies of the world are in the hands of self-made demoniacs..."
Aldous Huxley
"Pour les sectes je vous approuve (en somme tout cela faisait un peu 'Possédés' plutôt que... fondateurs de religions)."
André Masson (Lettre à Roger Caillois, 30 November 1944/Écrits, anthologie établie par Françoise Levaillant)

"A moins qu'au contraire les déchets ne remontent jusqu'à l'éternité? Tragique? Comique? Paradoxale, la photo. Flash. Photo."
Olga (Les Samouraïs)
"Étranges, cet air un peu sévère, d'icône byzantine, ces paupières mystiques."
Hervé (Les Samouraïs)

"Ce qu'il y  a de commun entre l'éclair et le serpent c'est leur forme, leurs mouvements mystérieux, sans point de départ ou d'arrivée manifeste, leur caractère dangereux. Quando on en tient dans sa main, comme les Indiens le font effectivement, quand on se laisse mordre par eux sans les tuer ensuite, c'est que la force humaine a tenté de comprendre en les saisissant à mains nues ce qui échappe en fait à ses techniques de manipulation."
Aby Warburg (traduction Didi-Huberman)
"... cette générosité de l'être... lie la genèse ou la génération à ce mouvement d'abandon qui laisse être sans lui, sans lui-même, sans son origine, cela même à qui il donne lieu..."
Jacques Derrida, Le touche
"Inventrice de l'éventail: Eve (Eve-en-taille)..."
Marcel Duchamp
**************************************************************

"... bis heute ist mir Nichts fremder und unverwandter als die ganze europäische und amerikanische Species von 'libres penseurs'. Mit ihnen als mit unverbesserlichen Flachköpfen und Hanswürsten der 'modernen Ideen' befinde ich mich sogar in einem tieferen Zwiespalt als mit Irgendwem von ihren Gegnern."
Nietzsche
**************************************************************

[Pour une oikonomia génerale]
(A) concerning the term sacer: for Agamben, homo sacer means what can be killed but not ritually killed (or sacrificed) [uccidibile e insacrificabile, Homo Sacer. Il potere sovrano e la nuta vita, p. 113]; he relates it also to Benjamin's concept of "bare" or "naked life" [bloß Leben]; and sacer is not what has been usually understood by "sacred" or sacré; it is rather what is (let us say) instituted by the sovereign principle (or power) — by the exceptional instance according to which right is both founded and suspended (Carl Schmitt); it follows however that it has nonetheless a relation to what has been traditionally understood as sacred or sacré, because this exceptional instance still founds and suspends, that is, "negotiates" (in) the threshold [soglia, seuil] between the world of the living and the world of the dead; sacer is indeed a political concept, but it is also more than that (is Agamben willing to accept this?);
(B) concerning semiology: what is at issue in the structuralism of Lévi-Strauss (his introduction à l'Oeuvre de Marcel Mauss) (and in deconstruction) is not reference or denotation [denotazione] (that one needs to postulate a signifiant flottant in order to denote, to use language in specific situations)—but that there isn't any denotatum that could be (let us say) handed or presentified except as an illusory effect of language; what could this denotatum be beyond a series of differences (stabilized in a structure by a signifiant flottant)? A life entirely resolved in writing or écriture (Agamben uses the term scrittura and refers rather to Benjamin than to Derrida, p. 63, but the problem is exactly the same) is a life in the series (peut-être sans le signifiant flottant, mais toujours dans les series). Can it be denoted? Can one simply restore [comporre] the semiological fracture [fratture] of language (p. 14; his argumentation in Stato di Eccezione, Hommo Sacer II, 1 p. 49-50, 53-54 is even weaker)?     
(C) concerning the ambiguity of the more traditional concept of sacré: because of (A) and (B) it is unclear how much Agamben can present a theory of the sacred that is any better than Bataille's (and Agamben recognizes the importance of the concept of désoeuvrement); what Agamben indeed does much better than Bataille is to show the risk** of the political appropriation of the sacred (in fascist, communist and democratic regimes alike);
**extreme and at the same time banal, in the sense of Hannah Arendt (Homo Sacer I, p. 126);

In Bataille's Théorie de la réligion we read: "Le produit agricole, le bétail sont des choses, et le cultivateur ou l'éleveur, au moment où ils travaillent, sont aussi des choses. Tout cela est étranger à l'immensité immanente, où il n'y a ni séparations, ni limites [Bataille's sacré]... Le principe du sacrifice est la destruction, mais... la destruction que le sacrifice veut [my emphasis, because I think this will, as opposed to its fulfilment, is legitimate, at least to a certain extent] opérer n'est pas l'anéantissement [that is, much on the contrary to what is generally thought, the motto of sacrifice is not nihilistic]. Le sacrifice détruit les liens de subordination réels d'un objet, il arrache la victime au monde de l'utilité [here lies its possible legitimacy] et la rend [a step which seems however to be questionable if not illegitimate] à celui du caprice inintelligible."
What Bataille perhaps most misses is a sense of sacredness which could trick the strict (sacrificial) immanentism of his theory, something like the ruse of Kierkegaard's knight of faith (as understood, for instance, by Derrida in Donner la mort, in a way which is not preposterously idealistic). With this, one would be able to further one of Bataille's own principles [données fondamentales]: "Le sentiment du sacré n'est évidemment plus celui de l'animal que la continuité perdait dans des brumes où rien n'était distinct.  Toute d'abord, s'il est vrai que la confusion n'a pas cessé dans le monde des brumes, celles-ci opposent un ensemble opaque à un monde clair." Besides the sacredness of life, which Bataille explicitly recognises, there is a sacredness of spirit, in the sense of Schelling, Kierkegaard, which does not condone but suspends the logic of sacrifice.   
With this we could contradict Bataille's sacrificateur, who (wrongly) maintains that "intimement, j'appartiens, moi, au monde souverain des dieux et des mythes, au monde le la générosité violente et sans calcul, comme ma femme appartient à mes désirs." Or, as the case of Abraham illustrates, what characterises the world of gods and myths is not necessarily a violent (that is, after all, murdering) generosity—quite on the contrary. And it is not clear that women and animals should, according to the gods, be submitted to men, to male priests. On the other hand, again, the motto of sacrifice is legitimate and not nihilistic in the sense that sacrifice's aim is to "réparer l'offense faite à l'animal, misérablement réduit à l'état d'une chose" (in the ordinary, that is, profane world of labour, or rather, sheer instrumentalisation), and that "la mise à mort n'est pas nécessaire à la lettre" (in Abraham's case, clearly, it should not happen). But Bataille indeed argues sometimes as if the world of gods could be reduced to a (wildly inutile and utterly capricious) "violence sans mesure," to an "absence de durée," which seems rather a quite impoverished perspective. At least in Théorie de la Religion (which doesn't seem to be his best text, although it has the merit of unequivocally exposing some shortcomings of his thought), Bataille is not only prey to an inflexible and harsh "immanentism" but (consequently) confounds durée with chronologic time (and even with clarté). Not that there aren't, on the other hand, very acute formulations, as when he unmasks the preposterous hypocritical collusion between le guerrier (or "l'individu glorieux") and the "utilitarian" order in Modern warfare: "... le guerrier réduit son semblable en servitude. Il subordonne ainsi la violence à la plus entière réduction de l'humanité à l'ordre des choses... Il en est de la noblesse du guerrier comme d'un sourire de prostituée, dont la vérité est l'intérêt."

See also:

**************************************************************

Logocentrism, infinitist metaphysics, or le grande Zéro in Meso &  South America


"Probably most Mesoamerican cultures engaged in this procedure by which a mere mortal became a leader often perceived by the world around him (and occasionally her) to be divine... The candidate would then prove himself in battle and proudly lead captives, living trophies of his prowess, back to the Aztec capital... Once the ceremonies had begun, four or five days of feasting and dancing culminated in the royal procession to five sites within the sacred precinct and environs of Tenochtitlan, at each of which the candidate offered incense, quail and his own blood... With such status, the Aztec king Motecuhzoma II, for example, was neither touched nor gazed upon by his subjects, and according to the accounts written by the Spanish at the time of the Conquest, the tlatoani repelled efforts by Cortés to shake his hand or meet his gaze" ("accession" in Mary Miller & Karl Taube's An Illustrated Dictionary of The Gods and Symbols of Ancient Mexico and the Maya, Thames & Hudson, 1997/2015);
The  similar predicament among the Incas: "Les villages fournissaient des serviteurs pour les chefs ou pour la cour de l'Inca et étaient, en outre, tenus de présenter à un fonctionnaire de l'Inca toutes les fillettes de huit à dix ans. Les plus jolies étaient envoyées dans un 'couvent' où, sous la direction d'une femme âgée, elles s'occupaient à divers travaux, en particulier au tissage d'étoffes fines en laine de vigogne. Lorsqu'elles atteignaient l'âge de la puberté, elles étaient soumises à une nouvelle inspection. Les plus belles étaient incorporées au harem de l'Inca ou données comme concubines aux nobles et aux hauts fonctionnaires. Les autres, assignées à un sanctuaire, en devenaient les servantes et les prêtresses. Quelques-unes, enfin, étaient réservées pour les sacrifices humains" (Alfred Métraux, Les Incas, Seuil, 1983); "L'autorité de l'Inca s'exerçait sur toute une hiérarchie de fonctionnaires qui s'échelonnait depuis  de véritables vizirs, choisis parmi ses proches, jusqu'aux humbles contre-maîtres surveillant le travail d'une équipe de cinq personnes. L'utilisation de ces énormes ressources en hommes et en produits n'était guère possible sans de constants dénombrements et inventaires... Les tukrikuk, ou gouverneurs, étaient chargés de réunir ces données statistiques et de les communiquer à l'empereur lors de la fête de l'Inti-raymi. Les recenseurs étaient des fonctionnaires spéciaux, les quipu-kamayoc, qui enregistraient les résultats de leurs comptes sur des cordelettes à noeuds. Les différences de couleurs correspondaient aux diverses classes de personnes ou d'objets... [des] unités administratives étaient censées correspondre aux lignages (ayllu), aux tribus et aux anciennes provinces. La pachaca, centaine, par examples, était synonyme d'un ayllu. Personne jusqu'à présent n'a réussi à expliquer comment ce cadre décimal rigide a pu être adapté aux structures sociales traditionnelles. Il est difficile de croire qu'il puisse s'agir d'autre chose que de fictions bureaucratiques... Cette tendance à compter par masses plutôt que par unités est loin d'être propre aux seuls Incas... aujourd'hui on tend à souligner les différences locales" (Alfred Métraux, Les Incas, Seuil, 1983); 
About the Spanish colonisation of these regions: "La conquête de l'empire des Incas par les Espagnols et le régime colonial qui en découla se soldèrent pour les Indiens par la destruction de leurs biens, la perte de leurs traditions les plus sacrées, la plus forcenée des exploitations, l'esclavage et très souvent la torture et le massacre. Il est de mode en Espagne de railler la 'Légende noire' inventée par les hérétiques pour calomnier le noble peuple ibérique. Les détracteurs de la colonisation espagnole sont cependant moins sévères que ne le furent pour eux-mêmes les Castillans témoins de tant d'horreurs et de tant d'oppressions. Qu'on ne prétende point que les seuls disciples de Bartolomé de Las Casas sont ici en cause. La dénonciation, part tant de rudes soldats et d'hommes de lois, des atrocités et des abus dont ils ont été témoins est à l'honneur de l'Espagne. Bien que la Couronne se soit efforcée de protéger les droits des Indiens, on ne saurait absoudre un régime parce que les intentions, et celles-ci seules, de ses dirigeants furent souvent généreuses et justes... D'ailleurs ceux qui, au mépris des documents historiques, exaltent le passé colonial, oublient trop que les abus et les violences dont l'écho nous parvient du fond des temps continuent à être pratiqués en beaucoup de régions par les descendants des conquérants et des colons... Sous le régime inca, les mitayos, c'est-à-dire les assujettis à la corvée, étaient entretenus sur les dépôts de l'État et n'étaient point trop longtemps retenus hors de leurs villages. Les Espagnols utilisèrent à plein la main-d'oeuvre indienne sans aucune contrepartie. La plus terrible mita, celle qui pour les Indiens en vint à symboliser les horreurs de la domination étrangère, fut celle des mines. Un septième de la population totale du Pérou, du Cuzco à Tarija, se relayait dans les mines de Potosi, à 4800 m d'altitude, et dans les mines de mercure... Le calvaire des corvéables commençait avec le voyage, parfois de deux ou trois mois, qui les menait de leur village à la mine. Ils partaient accompagnés de leurs femmes et de leurs enfants, dont beaucoup mouraient en route... Beaucoup n'hésitaient pas à louer leurs femmes et leurs enfants à raison de soixante ou cinquante pesos dans le seul but de se libérer de la mine. Les chefs indigènes étaient battus et torturés s'ils ne livraient pas la main-d'oeuvre exigée. Un Indien rentré de la mine trouva au village sa femme morte et ses deux enfants abandonnés. Désespéré, l'home pendit ses deux enfants 'pour qu'ils ne servent jamais à la mine', et se coupa la gorge avec un couteau" (Alfred Métraux, Les Incas, Seuil, 1983);
"... about five hundred years ago the Maya were the most literate people in the Americas, preserving their history and culture with a sophisticated hieroglyphic script in hundreds of folded screen books. The Spanish conquest in the early sixteenth century was a devastating blow to Maya literacy  in Mexico and Guatemala. Christian missionaries burned great numbers of hieroglyphic texts in an attempt to eradicate indigenous religious practices. Native scribes were singled out for persecution to such an extent that within one hundred years, the art of hieroglyphic writing had virtually disappeared from among the Mayan people" (Allen J. Christenson, Popol Vuh: The Sacred Book of the Maya, Univ. of Oklahoma Press, 2007); 

La pensée totalitaire dans la Chine des principautés rivales: 


"On voit quel rapport trouble (pervers?) la pensée diplomatique entretient avec le non-agir du taoïsme. Tandis que celui-ci avait en vue l'ordre commun, le conseiller de cour qui se glisse ici sous la figure du 'sage' (le terme reste) ne songe qu'à son intérêt personnel (via le prince), et cela sans l'ombre d'un scrupule, sans la moindre pudeur; surtout, alors que le taoïsme rejette délibérément l'intelligence, le conseiller de cour intègre le non-agir dans une intelligence stratégique dont il est reconnu qu'elle se déploie dans l'ombre et se plaît aux machinations... On peut pousser plus loin encore le paradoxe... qu'une pensée de la dictature puisse s'inspirer du non-agir... dès lors qu'il s'étend à tout et à tout instant, et fait peser sur tous la contrainte la plus rigoureuse, l'autoritarisme du pouvoir, devenant totalitariste, n'a plus besoin d'agir ponctuellement... Comme l'analyse fiement son meilleur théoricien (Han Feizi), la nature de ce pouvoir, résultant du conditionnement exercé, est de ne pas avoir à montrer, et son détenteur demeure lui-même 'vide et sans agir', en se contentant de le laisser opérer... Il y a pourtant bien trahison, de nouveau, dans cette version despotique du non-agir. Car, tandis que le taoïsme préconisait le non-agir du prince pour laisser les individualités s'épanouir, les libérant ainsi du carcan des règlements et des interdictions (considérés comme allant de pair avec l'essor de la civilisation), le despotisme 'légiste' remplit exactement le rôle inverse: asservir tous les individus au pouvoir d'un seul incarnant l'État. Tandis que le taoïsme tendait à rapprocher l'ordre social de la simplicité naturelle, les 'légistes' organisent le pouvoir de façon complètement artificielle (il est indépendant des sentiments du prince, repose uniquement sur les normes imposées et le contrôle exercé)... trop sensibles au développement accéléré de la civilisation, en cette fin d'Antiquité, et ne croyant plus, par conséquent, qu'il soit possible de revenir à la société patriarcale qu'on voit prônée dans le Laozi, soucieux surtout de permettre à leur prince d'acquérir le maximum de puissance, parmi les principautés rivales, pour refaire l'unité de la Chine à son profit, ils sont conduits à inventer de nouvelles conditions — déspotiques — pour renouer avec la vertu d'immanence et son efficacité..." (François Jullien, Traité de l'efficacité, Grasset, 1996);